Sélectionner une page

Les compagnons font partie d’Emmaüs depuis sa création, mais les détails de leur identité et de leurs fonctions sont encore mal connues du public.
L’abbé Pierre a recruté le premier compagnon d’Emmaüs en 1949. Il s’agissait d’un ancien prisonnier ayant attenté à ses jours. Le fondateur du mouvement Emmaüs, lui dit alors cette phrase parlante, fondatrice du mouvement : “Je ne peux rien te donner. Mais toi qui n’as rien, au lieu de mourir, viens m’aider à aider.”

 

D’où viennent les compagnons Emmaüs ?

Le premier compagnon a été suivi par de nombreux autres au fil des années. Plus le mouvement Emmaüs prenait de l’ampleur, plus le nombre de compagnons grandissait, permettant de faire perdurer et grandir l’activité. Depuis l’année 2015, Emmaüs Parilly est passé de 60 à 90 compagnons. Qui sont-ils ? C’est très simple. Des personnes en difficulté sociale ou professionnelle, abimées par la vie, anciens détenus, victimes d’accidents du travail, sans papiers, et bien d’autres encore. En somme, toutes les personnes en marge du système sociale et économique actuel, qui n’ont pas trouvé leur place, ont repris goût à la vie chez Emmaüs.

 

Le travail des compagnons

Véritables piliers de l’activité d’Emmaüs, les compagnons ne sont pas assistés. L’objectif étant de leur apporter un rythme de vie et de travail semblable à celui entreprises. Ils travaillent donc 35 heures par semaine dans les ateliers de réparation, de tri, de nettoyage ou de vente. En échange de leur contribution, ils sont nourris et logés dans des chambres prévues à cet effet.
Par l’activité, tous les compagnons peuvent retrouver une place dans la société : se reconstruire physiquement et psychologiquement en aidant les autres.

Recevez les dernières actualités d'Emmaüs Lyon

Inscrivez-vous à la newsletter

You have Successfully Subscribed!